Volleyball assis

Programme

Tous les jeudi de 18h à 20h à l’ASCCS.

Ce programme est offert en partenariat avec l’ASCCS et est ouvert à tous ceux et celles intéressés à essayer, s’entrainer et/ou rejoindre l’équipe.

Si vous êtes intéressés par une démonstration ou une session spéciale pour un groupe, contactez-nous !

Rejoignez le groupe Facebook Volleyball Assis Montréal pour connaître l’actualité de l’équipe.
Contact: julie@evertonvolleyball.com

Objectifs

Nous sommes fiers d’être le seul club au Québec à proposer un programme de volleyball assis. Notre but est de faire connaître ce sport au grand public en proposant des pratiques hebdomadaires et la possibilité de rejoindre notre équipe pour participer à des tournois régulièrement.

Au niveau amateur, hommes et femmes peuvent jouer ensemble peu importe qu’ils aient ou non un handicap.

Pour les joueurs correspondant aux critères internationaux (voir plus bas), notre programme peut être une bonne opportunité d’accéder aux équipes nationales avec lesquelles nous sommes en contact.

Gymnase
Association sportive et communautaire du Centre-Sud
2093, rue de la Visitation
Montréal, Qc H2L 3C9

Agrandir le plan

Le volleyball assis

Le volleyball assis est un autre version du volleyball. Les joueurs sont assis par terre sur un terrain dont le filet est environ à la hauteur d’un filet de tennis et les règles sont sensiblement les mêmes qu’au volleyball “classique”. C’est un sport paralympique officiel.

Bien qu’il soit d’abord destiné aux joueurs avec un handicap physique, il peut être pratiqué par tous sans matériel particulier (pas de fauteuil roulant par exemple). C’est pourquoi à Everton, tous le monde est le bienvenu aux pratiques, non-valides ou non.

Vidéo : Finale femmes JO de Londres

Equipe nationale

Nous avons la chance de compter un joueur de l’équipe nationale du Canada dans notre effectif régulier et de pouvoir pratiquer à l’occasion avec (ou contre) l’équipe au complet.

Vidéo : USA vs Canada

Les principaux changements

Le volleyball assis est très similaire au volleyball classique. Les principales différences sont les suivantes :

– les joueurs doivent être en contact avec le terrain avec une partie du haut du corps (entre les fesses et la tête) lorsqu’ils effectuent une frappe d’attaque

– les dimensions du terrain : 10m x 6m (contre 18m x 9m)

– la hauteur du filet : 1,15m pour les hommes, 1,05m pour les femmes (contre 2,43m et 2,24m)

– les joueurs peuvent attaquer sur un service adverse. Concrètement cela signifie qu’on peut bloquer le service adverse

– seule la position du haut du corps compte. Cela veut dire qu’on peut servir avec les jambes dans le terrain du moment que les fesses se situent derrière la ligne et qu’on peut également toucher le terrain adverse avec les jambes ou les mains du moment que ça ne gêne pas le jeu

Les volleyeurs sont évidemment les plus à l’aise pour jouer au volleyball assis car les techniques d’attaque, service et bloc sont relativement similaires au volleyball conventionnel. Cependant, il faut s’adapter dans quelques domaines, notamment celui des déplacements : il existe des techniques pour se déplacer rapidement impliquant l’utilisation des talons pour pousser ou tirer en étant assis. Le gainage abdominal est également une grande force ! Le volleyball assis est également beaucoup plus rapide que le volleyball conventionnel.

Qui peut jouer ?

A nos pratiques : tout le monde ! En fait, étant donné qu’on ne peut pas sauter, ce qui discrimine en général les gens par leur âge ou leur taille, le volleyball assis met tous les joueurs au même niveau, ce qui en fait une activité parfaite pour les non-valides comme pour les valides pour pouvoir jouer ensemble, sans que personne ne soit limité.

En compétition, les handicaps suivants sont acceptés :

  • Les athlètes amputés,

  • Les athlètes atteints de paralysie cérébrale,

  • Les athlètes atteints de lésions de la moelle épinière,

  • Les athlètes atteints de dysmélie, de parésie ou d’une paralysie totale des membres inférieurs.

  • «Les autres» : atteints des handicaps suivants : dysplasie ou déboîtement des hanches, endoprothèse totale du genou ou de la hanche, insuffisance circulatoire au niveau des membres inférieurs, pseudarthrose des membres inférieurs, instabilité du genou due à un tiroir antérieur / postérieur de 1,5 cm, luxation de l’articulation gléno‐humérale.

nn1

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *